logo-elfe.png

Premiers résultats

L'étude Elfe nécessite de nombreuses étapes depuis la collecte des données jusqu’à la publication des résultats par les chercheurs. Avant de mettre à disposition des chercheurs les données recueillies au cours des différentes enquêtes, des contrôles rigoureux de la qualité des données doivent être effectués.

info calendrier

Certains résultats ont été publiés, dans les trois domaines de la santé, de l’environnement et des sciences sociales.

Dans le domaine de la santé, l’enquête Elfe a permis d’apprendre que 70 % des mères allaitent à la maternité, un chiffre en forte progression depuis les années 1970 (1).

Bien que les préparations pour nourrissons représentent aujourd’hui une alternative tout à fait acceptable pour les mères ne souhaitant ou ne pouvant pas allaiter, de nombreuses recherches scientifiques concluent à un effet positif de l’allaitement sur la santé de la mère et de l’enfant. Les résultats de l’étude Elfe confirment la tendance à l’augmentation de l’initiation de l’allaitement maternel en maternité documentée depuis plusieurs années, en parallèle des nombreuses actions de santé publique qui ont été initiées pour promouvoir l’allaitement maternel.  À la maternité, 59 % des mères allaitent exclusivement et 11 % donnent un biberon en plus du lait maternel. Les mères qui allaitent plus fréquemment sont plus âgées, de corpulence normale et appartiennent à une catégorie socioprofessionnelle supérieure. Les mamans nées à l’étranger allaitent plus souvent, de même que les mères qui ont suivi des séances de préparation à la naissance et qui ne fument pas pendant leur grossesse. Il apparaît aussi que l’allaitement est plus fréquent lorsque les pères sont impliqués, présents à la naissance et que les couples sont mariés.

Pour poursuivre les efforts en matière de promotion de l’allaitement, les chercheurs proposent donc d’impliquer davantage les pères tout en permettant à plus de femmes d’assister aux séances de préparation à l’accouchement (par exemple, 70 % des ouvrières n’y ont pas assisté en 2011, contre 27 % des cadres).

Dans le domaine de la santé-environnement, six profils d'exposition à des micro-organismes dans les logements ont été définis (2).

Grâce aux 3 000 capteurs à poussières qui ont été déposés dans les chambres des enfants au cours des 2 premiers mois de leur vie, les micro-organismes recueillis (bactéries, acariens, moisissures) ont été analysés afin d’évaluer leur influence sur la santé ultérieure, notamment respiratoire. Six profils différents de logements, caractérisés par la présence de micro-organismes, ont été identifiés. Deux d'entre eux (l’un étant riche en acariens et bactéries, l’autre en acariens, bactéries et moisissures) sont assez fréquents dans l’Ouest de la France. Un plus fort taux d’humidité et des températures plus favorables au développement de ces micro-organismes pourraient expliquer ces résultats. La répartition géographique de ces profils se superpose avec celle issue d’une étude récente menée dans les crèches sur la fréquence de l’asthme des jeunes enfants. Les données de suivi des enfants Elfe vont permettre de confirmer ou non l’existence d’une relation entre des profils d'exposition à des micro-organismes et la santé respiratoire des enfants. L’objectif, dans le cadre de l’étude Elfe, est d’observer plus attentivement les maladies respiratoires dans les régions en corrélation avec la qualité du logement, la ventilation, l’isolation…

Dans le domaine des sciences sociales, les prochaines publications renseigneront sur la façon dont les parents se préparent à la naissance d’un enfant et en particulier sur leur désir de connaître son sexe (3).

Les résultats de l’étude Elfe montrent que près de 9 futurs parents sur 10 souhaitent connaître le sexe de leur enfant avant sa naissance. Pour leur premier enfant, 60 % des parents n’expriment pas de préférence. Lorsqu’ils en ont une, elle est équilibrée chez les mères (20 % souhaitent une fille et 21 % un garçon) alors que les pères privilégient davantage les garçons (25,5 % préfèrent un garçon et 15 % une fille). Pour le deuxième enfant, la proportion de parents qui n’ont pas de préférence diminue très légèrement. Et quand ils en expriment une, elle dépend fortement du sexe de l’aîné, les parents souhaitant souvent des fratries mixtes. Un objectif de ce projet de recherche est de mesurer si cette préférence influence le début de la parentalité.

A venir...

Les analyses qui seront réalisées dans le cadre de l'étude Elfe permettront notamment d'évaluer les niveaux d'exposition des mères pendant la grossesse et des nouveau-nés à divers polluants de l'environnement, tels que les phtalates, le bisphénol A, les retardateurs de flammes, les pesticides, etc.

Des projets de recherche permettront également d'étudier l'impact des variations de poids et des régimes avant la grossesse sur le risque de retard de croissance intra-utérin. Dans le domaine de l'environnement, les risques pour la grossesse liés aux expositions professionnelles aux cosmétiques ou au travail en milieu de santé seront analysés. 

Par ailleurs, l'impact de la biographie des parents, de leur insertion sociale et professionnelle, du rang et du sexe de l'enfant sur les pratiques de soin et d'éducation du nourrisson, notamment la gestion du sommeil, de la toilette et des pleurs, sera plus largement étudié. Les raisons pour lesquelles les parents utilisent tel ou tel type de mode de garde (famille, assistante maternelle, crèche, etc.) en fonction de la taille de la famille, de l'activité professionnelle des parents, des revenus et du lieu de résidence, pourront également être étudiées.

Paroles de chercheurs...

Alimentation des femmes enceintes et respect des recommandations, santé respiratoire des nourrissons, exposition des mères et des nouveau-nés aux polluants de l’environnement...

Les chercheurs présentent leurs travaux de recherche et leurs premières analyses.

Voir les vidéos

bt-fleche-bleu

Résultats de l'enquête pilote

Les enquêtes pilotes ont quant à elles permis de produire des résultats à caractère méthodologique, utiles et valables scientifiquement, qui ont été publiés dans des revues spécialisées. La phase pilote de l'étude Elfe, initiée en 2007, a par exemple permis de tirer des résultats sur le dosage du plomb, du bisphénol A et des phtalates dans les échantillons d'urines recueillis chez les mères. 

Sources

(1) BEH n°27 du 07 octobre 2014, Prévalence de l’allaitement à la maternité selon les caractéristiques des parents et les conditions de l’accouchement. Résultats de l’enquête Elfe maternité, France métropolitaine, 2011, Claire Kersuzan et coll., Institut national de la recherche agronomique (Inra)

(2) Sciences of total Environment, Microbiological characterization of 3193 French dwellings of Elfe cohort children, Steffi Rocchi, Gabriel Reboux et coll., Université de Franche Comté, UMR 6249 Chrono-environnement.

(3) XVIIIe colloque international de l’Aidelf, Université de Bari, 26-30 mai 2014, Olivia Samuel et coll., Université Versailles St Quentin, Printemps/Ined-IPOPs

angle-rose.png